Menu Fermer

Économie, les temps ont bien changé

Nous partageons avec vous quelques réflexions tirées de la conférence de Daniel COHEN, Économie, les temps ont bien changé qui s’est tenue dans le cadre des rencontres Les Idées mènent le monde à Pau le week-end du 17 au 19 novembre 2018.

« Le ruissellement devient impossible. »

Daniel COHEN place d’emblée sa problématique dans celle de l’actualité, celle des « Gilets Jaunes »: nous sommes dans une société qui n’intègre plus. Daniel COHEN nous décrit la désintégration sociale provoquée par l’optimisation des coûts et le remplacement d’une société industrielle, hiérarchisée mais intégratrice, par une société uberisée, dans laquelle le travailleur est isolé et coupé de la progression économique de ceux pour qui il travaille. Avant, la femme de ménage de chez Renault progressait en même temps que l’entreprise. Aujourd’hui, avec la sous-traitance, sa progression est détachée de celle de l’entreprise. « Le ruissellement devient impossible. »

« Il faut refuser cette déshumanisation. »

C’est cette même financiarisation de l’économie, responsable de la dérégulation du système de production industrielle, qui s’attaque aujourd’hui à la société des services. On nous avait vendu l’idéal d’une société « post-industrielle » de services, centrée sur l’humain, mais on se rend compte que ça peut être géré par des algorithmes et que cette économie est en train d’être captée par les GAFA. Le scénario qui nous attend si on ne fait rien, c’est que plus on s’éloignera du sommet de l’échelle, moins il y aura d’humain, plus le travail sera dévalorisé et plus il y aura d’algorithmes pour vous soigner, vous éduquer…On sera dans un système où il n’y aura plus un seul humain pour s’occuper de vous parce que vous êtes trop pauvre pour vous payer la personne qui vienne vous voir.

Dans ce modèle économique, on n’optimise plus seulement la production d’un bien ou d’un service mais comment nous, humains, sommes gérés dans la société du Big Data. Il faut résister à ça, trouver des stratégies. « Il faut refuser cette déshumanisation. » Pour cela, il faut donner aux métiers de service, comme celui des aides-soignants ou des enseignants, les moyens de s’approprier les nouvelles technologies. Dans ce cas de figure, les nouvelle technologies leur redonneront du temps – ce « temps humain » qui a de la valeur – pour qu’ils puissent faire leur métier au lieu d’être remplacés par des robots.

La conférence complète de Daniel cOHEN peut être suivie en ligne:

La réflexion de Daniel COHEN est très intéressante concernant une société qui n’intègre plus et concernant la place croissante du numérique, pour le meilleur ou pour le pire. Toutefois, notre société n’est pas si « post-industrielle » qu’on nous le dit: c’est juste qu’avec la mondialisation, les industries se sont déplacées là où les coûts de production étaient les plus bas. L’industrie s’est polarisée en quelques points, entraînant avec elle les emplois et les ressources des pouvoirs publics. Une grande partie de nos industries a été déplacée vers les pays asiatiques, « l’atelier du monde », pour que les entreprises transnationales et la grande distribution puissent faire plus de profits sur les marges et sur les placements financiers. Nous subissons aussi la concurrence déloyale de pays à l’intérieur de nos frontières douanières avec les pays du Nord et notamment l’Allemagne dont les produits manufacturés sont faits avec du charbon et une main d’oeuvre à bas coût provenant de pays de l’Est1 .

On n’a pas empêché le dumping social ni le dumping fiscal, comme celui pratiqué par l’Angleterre ou l’Irlande. Au lieu que l’Union européenne nous protège et nous unisse pour former un bloc solide à l’échelle internationale, elle nous affaiblit en nous plaçant dans une situation de concurrence déloyale. Trouver de nouvelles dynamiques économiques, plus équilibrées, passerait par une remise à plat des règles du jeu fiscal, social et environnemental au sein de l’Union européenne. On sait que ce n’est pas à l’ordre du jour mais il n’y pas d’autre solution. Le modèle économique européen est au pied du mur et doit se renouveler entièrement s’il ne veut pas exploser dans un délai très proche.

Evelyne, Gisèle et Jean-Pierre

1. Sur la concurrence déloyale de l’Allemagne, voir Coralie DELAUME et David CAYLA, La Fin de l’Union européenne, Michalon Éditeur, 2017